À Propos | Collège des Frères Maristes Champville

À Propos

PrésentationHistoriqueRèglement interieurOrganigramme du CollègeChampagnat et les Frères MaristesCommunautéHymne du collègeCirculairesLiens utiles

Présentation

 

1. Le Collège Mariste Champville est une institution privée chrétienne qui entend servir la jeunesse du Liban dans le cadre de ses lois et selon des priorités fixées dans son Projet Éducatif.
2. Le Collège est dirigé par des Frères ou des Laïcs Maristes aidés par une équipe éducative. Le Collège a été fondé en 1966 (en continuation du Collège du Sacré-Coeur, de Jounieh, fondé en 1903) et s’étend sur une colline verdoyante à Dik el-Mehdi (Metn-Nord) sur 22 hectares environ. Il regroupe actuellement quelque 3600 apprenants répartis de la Maternelle à la Terminale.
3. Le Collège prépare ses apprenants aux baccalauréats libanais et français et leur assure, dès les classes primaires, un enseignement bilingue d’arabe et de français auquel se greffe l’apprentissage de l’anglais à partir de l'EB4. Parallèlement aux langues, un enseignement scientifique y est dispensé, selon un programme aménagé et une démarche expérimentale en laboratoire et l’utilisation des TICE (Techniques d’Information et de Communication Éducatives), pouvant doter les apprenants d’une solide formation dans toutes les matières.
4. L’horaire est de 35 périodes hebdomadaires assurant ainsi la totalité du cursus académique et de l’enseignement catéchétique. Les apprenants ont le loisir de prendre leur déjeuner à la cantine du Collège pendant la récréation de midi. Les plus jeunes, de la Maternelle et jusqu’en 11e (EB1), bénéficient d’un petit déjeuner à leur arrivée au Collège ainsi que d’une première collation à 10h00 et une deuxième collation à 12h30.
5. L’éducation assurée au Collège Champville est animée par huit préfectures :

  • Cycle des Maternelles: Classes de Jardins d’enfants : petite et moyenne sections.
  • Cycle des Benjamins: Jardins d’enfants grande section (12e) et classes de 11e (Enseignement de Base 1)
  • Cycle des Minimes: Classes de 10e et de 9e. (E.B. 2 et 3)
  • Cycle des Petits: Classes de 8e et de 7e. (E.B. 4 et 5)
  • Cycle des Moyens: Classes de 6e et de5e. (E.B. 6 et 7)
  • Cycle des Grands: Classes de 4e et de 3e. (E.B. 8 et 9)
  • Cycle des Secondaires: Classes de 2de et de 1re (1re et 2e années secondaires)
  • Cycle des Terminales: Classes de Terminales (3e année secondaire: Sciences Générales, Sciences de la Vie, Sciences Économiques et Sociales).

Dans chaque préfecture, un préfet aidé de son conseil et des tuteurs, et en accord avec le directeur, oriente, anime, contrôle cette éducation. Pour chaque classe, un professeur, en plus de sa tâche spécifique comme enseignant, aura la responsabilité de tutelle. Le tuteur assure la coordination entre les professeurs qui interviennent dans cette classe pour atteindre la plus grande efficacité possible des travaux de programmation, d’enseignement et d’évaluation des apprentissage, tout en orientant avec un sens chrétien, non seulement le processus d’apprentissage des apprenants, mais aussi leur maturation personnelle et leur intégration sociale. Les parents reçoivent régulièrement un livret scolaire où sont consignés les résultats du travail de leurs enfants et les appréciations de leur conduite (Bulletin de comportement). Ils peuvent aussi s’adresser directement au tuteur ou au préfet pour s’entretenir avec lui d’un point particulier concernant leur enfant. De même, des animateurs des différentes matières assurent la coordination, l’exécution des programmes et l’évaluation du travail dans les différents cycles du Collège.
6. En complément à la formation des apprenants, des cours pratiques d’arts plastiques sont intégrés dans l’horaire normal des classes de l'EB2 à l'EB8, comme aussi l’enseignement de l’informatique, de l’éducation aux médias et une initiation à la recherche documentaire au Centre de Documentation et d’Information (CDI).
7. Pour qu’un apprenant soit admis au Collège, il faut qu’il ait atteint l’âge de 3 ans révolus avant le 1er octobre s’il est candidat au Petit Jardin, 4 ans pour le Grand Jardin et 5 ans pour la Douzième. Un test psychopédagogique conditionne l’admission des enfants. Priorité est donnée aux frères et soeurs des apprenants actuellement scolarisés, ainsi qu’aux enfants dont les parents sont d’anciens apprenants maristes, inscrits à l'Amicale des Anciens Élèves. Aucun critère de sélection ne prévaut sinon la disponibilité de places vacantes.

 

MISSION, VISION ET VALEURS


8. Mission :

"Offrir aux enfants et aux jeunes, en particulier les plus délaissés, sans distinction de religion, de race ou de nationalité, une éducation et une formation intégrales, basées sur les valeurs de l’Évangile en harmonisant foi/culture/vie, selon le charisme mariste, en vue d’une présence chrétienne continue et authentique, ferment du Royaume, dans notre région pluraliste du Proche-Orient."
9. Vision :

  • "Former des élèves intègres, engagés dans la transformation de la société en faveur de la justice et la solidarité, à partir d’une vision chrétienne de la personne et du monde, selon le style Mariste.
  • Rendre Champville un endroit de croissance humaine, culturelle et spirituelle pour nos éducateurs, nos apprenants, leurs familles et les anciens élèves, selon la tradition de Saint Marcellin Champagnat. 
  • Former des éducateurs (professeurs, psychologues, travailleurs sociaux, animateurs, catéchistes, moniteurs, chefs scouts, etc.), en favorisant leur engagement évangélisateur, leur identification au charisme mariste et leur développement professionnel de façon permanente. 
  • Être impliqués dans l’Église locale, les organismes religieux et civils, en relation avec notre tâche éducative et évangélisatrice. 
  • Contribuer, à partir d’un programme d’activités solidaires, inspiré de l’Évangile, à la promotion intégrale des enfants et des jeunes pauvres. 
  • Éduquer aux valeurs nationales : Ouverture aux autres communautés religieuses, acceptation de l’autre, respect de la différence, attachement à l’identité culturelle et nationale…
  • Éduquer à la paix, au dialogue, à la non-violence, à la gestion pacifique des conflits.
  • Éduquer à la protection de la nature et au respect de l’environnement."


10.Valeurs :
"Nous trouvons en Marie le modèle qui inspire notre façon d’être et d’agir ; nous éduquons avec amour, patience, prudence, discrétion, simplicité et modestie, sûrs de la validité et de l’actualité du charisme de Saint Marcellin Champagnat, concrétisé en:

  • L’éducation comme plateforme évangélisatrice de la société.
  • Le style éducatif mariste basé sur l’amour du travail, l’effort, la simplicité et la proximité.
  • L’apostolat de la présence, la qualité de l’écoute et de l’accompagnement.
  • La mission partagée (Laïcs, Frères et Prêtres). L’étroite collaboration entre les différents centres maristes.
  • L’engagement dans la réalité sociale.
  • L’attention aux enfants et aux jeunes les plus délaissés.
  • L’action pastorale comme élément intégrateur de notre action éducative.
  • L’être de l’éducateur au-delà du faire et du savoir.
  • La solidarité et la justice, comme principes qui régissent nos relations et nos actions.
  • L’ordre, la discipline, l’organisation et la rigueur dans le travail.
  • Un modèle participatif qui se traduit par le travail en équipe.
  • Une formation permanente aux éducateurs afin d’assurer un service toujours meilleur aux enfants et aux jeunes.
  • L’innovation et la mise à jour de notre action éducative.
  • La prévention comme moyen d’éducation.
  • L’éducation au-delà de la classe, avec une offre ample d’activités éducatives para, péri et extrascolaires.
  • L’éducation à la responsabilité, à l’autonomie et à la résilience."


ÉDUCATION PHYSIQUE


11. Le Collège encourage les activités sportives des apprenants pour développer les capacités physiques ainsi que la formation du caractère, l’esprit d’équipe, la connaissance de leurs propres limites, la confrontation à l’échec, la capacité à le dépasser et le désir de réussir. Aussi, en vue de créer un véritable esprit de solidarité entre les apprenants du Collège, le département des sports et le Cercle Sportif Mariste offrent à tous les apprenants du Collège qui le désirent la possibilité d’adhérer au Club Mariste. Des activités culturelles et sportives sont proposées, à titre facultatif et supplémentaire, le samedi matin.


SERVICE MÉDICAL


12. En vue d’assurer les meilleures conditions de santé aux apprenants, le service médical leur distribuera, au début de l’année scolaire, un formulaire que les parents auront soin de remplir minutieusement soit eux-mêmes, soit par l’intermédiaire du médecin de famille, en donnant les précisions suivantes concernant les antécédents de l’apprenant : maladies, accidents, affections ou
lésions congénitales, etc.
Les informations fournies seront, bien entendu, confidentiellement gardées au service médical.
Une assurance-accident est prévue, mais non une assurance-maladie. Les dispenses des cours d’éducation physique relèvent de l’Infirmerie et des médecins du Collège ; tout certificat doit être vu et approuvé par eux.


PROTECTION DE L’ENFANT


Soucieux de la santé, de la sécurité et du bien-être de tous les enfants, le Collège Mariste Champville a mis en place la «Charte de protection des enfants». Cette Charte de protection a été développée en conformité avec les principes de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, les législations Nationales et la loi juvénile nationale libanaise.
Cette Charte de protection s’applique à tous les employés / enseignants, aux visiteurs, aux volontaires et aux stagiaires ayant un contact direct ou indirect avec les enfants au Collège.
À travers cette Charte, le Collège Mariste Champville confirme son engagement au sujet de la protection des enfants. Cette Charte, visant à créer un environnement épanouissant sécurisant et positif pour les enfants.

Charte de Protection

 

POLITIQUE ANTI-INTIMIDATION

 

Notre établissement est entièrement opposé à l’intimidation et ne peut tolérer de tels comportements. L’intimidation est diamétralement opposée aux valeurs et principes selon lesquels nous travaillons et vivons. Nous croyons fermement que tous les membres de notre communauté scolaire ont le droit de travailler et/ou de recevoir une éducation dans un environnement scolaire stable, attentionné, sécurisé et sain.
 
Les objectifs principaux de la politique de lutte contre l’intimidation sont les suivants :
  • Créer une culture et un climat scolaires positifs, intégrant et accueillant toutes les différences ;
  • Créer un climat scolaire ouvert et coopératif, qui encourage les apprenants à exposer les comportements d’intimidation et à discuter ;
  • Conscientiser la communauté scolaire entière au fait que l’intimation est un comportement inacceptable ;
  • Assurer une supervision et une surveillance complètes de tous les aspects des différentes activités scolaires ;
  • Donner accès aux procédures d’enquêtes et de traitement des comportements d’intimidation ;
  • Développer un programme de soutien aux personnes affectées par l’intimidation et au intimidateurs ;
  • Faciliter l’évaluation annuelle de l’efficacité de la Politique de lutte contre l’intimidation de l’établissement.
 
Ces objectifs devront répondre aux principes de base suivants :
  • Nos apprenants ont le droit d’exister et d’apprendre sans être soumis a l’intimidation ni a la peur.
  • Les besoins des victimes d’intimidation sont primordiaux
  • Les incidents rapportes seront pris au sérieux et examines de façons minutieuse.
  • Une approche non punitive sera toujours préférée et utilisée afin d’offrir l’aide de l’école aux intimidateurs, en promouvant les aspects de renforcement de compétences sociales, comportementales et cognitives. Un soutien basé sur le renforcement de caractère sera également offert aux apprenants susceptibles de développer des comportements d’intimidation.
 
Pour informer au sujet d’un cas d’intimidation : intimidation.cmc@gmail.com

Pour consulter le texte de la politique Anti-Intimidation du Collège Mariste Champville, veillez cliquer ici

Politique Anti-Intimidation

 

RÈGLEMENT FINANCIER


13. Un prospectus des tarifs scolaires et des modalités de paiement est à la disposition des parents à l’économat du Collège. Le paiement se fait en trois versements à la banque. Les parents sont priés de s’acquitter de ces versements avec une grande régularité.
14. Tout trimestre commencé est dû en entier.
15. Des réductions sur les scolarités pourraient être accordées aux familles qui ont plus de trois enfants au Collège, selon un barème propre à l’établissement.
16. En réponse au voeu de notre fondateur de s’occuper des plus défavorisés, et par fidélité au principe de solidarité formulé dans notre Projet Éducatif, la Direction propose aux parents en difficulté, de présenter une demande de réduction sur les frais de scolarité de leurs enfants. Cette réduction est réservée à des cas bien définis et elle n’est accordée qu’après une enquête discrète menée par le service social du Collège. À cette fin, une caisse de solidarité a été créée par le Comité des Parents, l’Amicale des Professeurs et l’Amicale des Anciens Élèves. Tous ceux qui le peuvent sont appelés à y contribuer.
17. Le Collège ne peut être tenu responsable de la disparition de sommes d’argent ou d’objets de valeur ou d’effets laissés au Collège. Les parents sont priés de ne pas remettre à leurs enfants plus d’argent qu’il ne convient…


SECRÉTARIATS


18. Pendant l’année scolaire, le Secrétariat de Direction est ouvert toute la semaine : de 07h30 à 14h00, sauf le samedi et le dimanche.
19. En temps normal, seuls les secrétaires sont habilités à donner des informations administratives. Il est donc préférable de n’utiliser le téléphone qu’aux heures d’ouverture des secrétariats. Pendant les vacances d’été, les secrétariats ne sont pas ouverts le mois de fermeture générale du Collège (habituellement, le mois d’août).
20. Tout document demandé au secrétariat sera délivré 48 heures après la demande. La constitution d’un dossier peut exiger des délais supérieurs. Les relevés de notes d’un apprenant reproduisent fidèlement celles qui figurent sur son bulletin de notes. Aucune modification, pour quelque raison que ce soit, ne peut y être apportée.

 

Historique

 

Les Directeurs de Champville

  • Frère Mario Corradi, 1966-1975
  • Frère Jean-Claude Robert, 1975-1982
  • Frère Antoine Jarjour, 1982-2003
  • Frère Georges Trad, 2003-2009
  • Monsieur Léon Kilzi, 2009-2017
  • Monsieur Edouard Jabre, Septembre 2017-Présent

 


Règlement interieur

 
Préambule


Le règlement intérieur suivant s’inspire du Projet Éducatif du Collège, fondé lui- même sur le slogan mariste « Foi, culture et vie1 ». En effet, nous sommes appelés au Collège à « apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à vivre ensemble et tout particulièrement à apprendre à être2 » dans « une foi, une espérance et un amour vécus et partagés1 ». C’est pourquoi l’ensemble des jalons qui suivent doivent nous permettre de vivre une vie communautaire meilleure, de forger en chacun de nous des attitudes d’exigence, de régularité, de sérieux, et finalement de permettre au groupe, par cette ambiance, d’accéder aux différentes formations que le Collège a fixées dans son Projet Éducatif.


Apprendre à connaître, apprendre à faire


L’école étant le lieu indiqué pour « apprendre à connaître » et « apprendre à faire », les apprenants sont appelés, surtout en classe, à acquérir une attitude et des habitudes de travail pour aboutir à la formation d’une pensée critique, cohérente et indépendante, capable de résoudre des « problèmes » et de prendre des décisions.
Pour acquérir cette discipline, le sens du travail méthodique et de l’ouvrage bien fait, il est demandé aux apprenants en classe :

  1. D’être attentifs, sérieux, et polis.
  2. De participer aux cours et aux différents travaux personnels ou de groupe selon les consignes données par le professeur. Cependant toute prise de parole doit être sollicitée en levant la main, de sorte que le professeur, au moment où il le jugera utile, puisse donner la parole à l’apprenant. Les communications avec les camarades (même pour un éclaircissement) pendant l’explication du professeur gênent la classe et ne sont pas admises. Cette conduite en classe a pour but d’assurer à tous le calme nécessaire pour un apprentissage de qualité.
  3. De réaliser les travaux demandés (devoirs, recherches...) consciencieusement, (écriture et présentation soignées, langue correcte, vocabulaire précis, cohérence dans les idées), et de les remettre dans les délais prévus au professeur ou à la préfecture. Toute négligence sur ce plan étant passible de sanctions et d’observations sur le bulletin de notes et le bulletin de comportement. En cas de négligence répétée les parents seront convoqués.
  4. De garder la place que le préfet ou le tuteur lui a fixée en classe.

N.B. Le Collège prévoit des cours de perfectionnement en petits groupes pour remettre
à niveau et remédier aux lacunes de certains apprenants.
Par ailleurs, les parents d’un apprenant qui aurait besoin de cours d’appuis pourront s’adresser au préfet pour qu’il étudie la demande et y donner suite si elle est justifiée.
À part ces deux propositions de remédiation, il est formellement interdit de prendre des leçons particulières auprès des professeurs du Collège sur une initiative personnelle des parents. Toute infraction est passible de renvoi en fin d’année scolaire.


Apprendre à vivre ensemble


« Apprendre à vivre ensemble » est un objectif majeur du Projet Éducatif de Champville. Cet objectif est aussi un des fondements de l’humanisme du monde moderne. Nous sommes tous tenus au respect et à l’acceptation des autres, quels que soient leurs origines, leur culture, leur milieu social, leur religion, leur âge, ou leur appartenance politique.


Pratiquement les apprenants sont appelés à :
A. Respecter toute personne au Collège, notamment les frères, les préfets, les professeurs, les surveillants, les personnes de service et de transport ainsi que leurs camarades. Ceci se traduira par :

  • une attitude de politesse quand ils auront à croiser un adulte (bonjour matinal),
  • une attitude de retenue en cas de différend avec un professeur ou un surveillant ou un agent de transport, préférant différer la discussion immédiate avec l’adulte (notamment en cas d’énervement), et la remettre à un autre moment (à l’écart) pour se justifier, ou choisissant en dernier lieu de recourir au préfet pour leur sujet de plainte. En aucun cas, ils ne recourront à une solidarité pour le mal avec leurs camarades (camouflage ou mensonge à propos d’une bêtise) mais plutôt pour le bien (franchise), évitant de faire ériger l’un des leurs en défenseur de leur cause, ceci en vue d’apprendre à compter sur eux-mêmes.

B. Avoir des relations empreintes de courtoisie avec leurs camarades, notamment pendant les récréations, évitant cris, coups, gestes grossiers et injures, se rappelant que ces agissements sont contraires au « commandement d’amour » évangélique, à ce qui constitue proprement l’être humain, et finalement à l’esprit de famille mariste. De ce point de vue, les discussions politiques entre camarades ne sont pas admises parce qu’elles peuvent dégénérer et conduire à des agissements contraires aux principes « d’Apprendre à vivre ensemble ».
Tout manque de respect grave et notamment toute attitude inconsidérée ou paroles irrespectueuses à l’égard des préfets, des professeurs, des surveillants, des agents de transport et du personnel de service ou encore à l’égard d’un camarade exposera le contrevenant à des sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion.
Ci-après un ensemble de dispositions rejoignant l’objectif « Apprendre à vivre ensemble ». Ces dispositions visent à permettre aux apprenants d’intégrer progressivement les règles de la vie sociale dans un cadre scolaire.


1. Présence dans le cycle

Vu la taille de l’établissement et la responsabilité de la Direction vis-à-vis de chaque apprenant qui lui est confié, il est demandé aux apprenants de ne jamais quitter leur cycle et leur cour de récréation à moins d’être munis d’une autorisation écrite délivrée par la préfecture ou le surveillant, soit pour se rendre à l’Infirmerie, soit pour un autre secteur du Collège. Il est bien entendu que les lieux d’utilisation ordinaire se situant hors du cycle (cantines, oratoire, Éducation aux médias, Technologie, Informatique, CDI...) ne nécessitent pas de permission particulière pour s’y rendre bien que l’on doive le faire rapidement à l’aller comme au retour.


2. Présence aux cours
L’apprenant, depuis son arrivée et jusqu’à l’heure de la sortie, étant confié par ses parents au Collège, la Direction, représentée par le préfet, les professeurs et les surveillants, est tenue responsable de toute son activité durant ce temps. C’est pourquoi, l’apprenant respectera l’emploi de temps et les horaires du Collège notamment quant à sa présence à tous les cours et dans sa classe, ne se permettant aucune dérogation sur ce point. Il n’est pas autorisé notamment à quitter la classe, à moins d’un malaise qu’appréciera le professeur, ou d’une permission écrite anticipée du préfet.
De même, tout apprenant dispensé d’un cours doit rejoindre la salle d’étude pour y réviser ses leçons ou effectuer un travail scolaire. Si les parents désirent, pour un motif important (notamment médical), retirer leur enfant avant l’heure de sortie, ils sont priés de venir personnellement en faire demande au préfet et emmener leur enfant eux- mêmes.
Tout apprenant renvoyé de classe par son professeur se présentera immédiatement muni d’un motif au préfet qui jugera de la suite et de la sanction à donner.
Par ailleurs, l’apprenant devra quitter le Collège, à l’heure de la sortie, par le moyen de transport convenu dès le début de l’année, à moins qu’une demande écrite expresse et exceptionnelle des parents ne soit faite au préfet qui l’appréciera avant de délivrer le permis de sortir.


3. Permissions
À la première petite récréation, l’apprenant qui aura prévu de demander une permission présentera une requête écrite dans laquelle il indiquera le motif et l’heure de cette permission. Il posera cette demande auprès de la préfecture et repassera à la deuxième récréation retirer la permission après accord de la préfecture.
L’apprenant aura soin de faire signer la permission par le responsable du cycle ou du service où il se rend (qui précisera l’heure d’arrivée et de départ de l’apprenant) puis se hâtera de revenir dans son cycle. À son retour, il présentera au surveillant de son cycle la permission dont il a ainsi usé. La dispense de sport ne sera accordée par le préfet que sur base d’un rapport médical contresigné par l’infirmerie, présenté par l’apprenant avant le cours de sport à la préfecture.


4. Absences
Si un apprenant devait s’absenter du Collège pour une raison valable (maladie, deuil en famille ou autre...), les parents sont priés d'en informer la préfecture le jour même par téléphone, entre 8h00 et 8h15. Pour être admis en classe après une absence, l’apprenant devra présenter au préfet une justification écrite rédigée par les parents sur les pages de correspondance de l’agenda scolaire. Cela se fera avant 7h40, donc avant la rentrée en classe. Si l’apprenant ne présente pas d’excuse, il ne réintégrera pas sa classe, et ses parents seront avertis de cette mesure.

5. Responsable de classe
Le préfet nomme un apprenant responsable de classe et un autre apprenant pour le suppléer s’il s’absente. À partir du cycle des Moyens, un roulement pourra se faire pour que tous les apprenants s’entraînent à cette charge.
Le responsable tient le registre de la classe, il le présente au professeur au début de chaque cours en lui indiquant les numéros des absents. Il maintiendra le registre dans un état de propreté. Il sera le dernier à quitter la classe après s’être assuré que rien ne manque au prochain cours : torchon, craies. Il aérera la classe et désignera chaque semaine deux apprenants dans l’ordre alphabétique pour effacer le tableau. Le matin, avant 7h40, il passera à la préfecture retirer son registre. À la première récréation, il présentera à la préfecture le nom des absents de sa classe. Seul le responsable de classe est habilité à en sortir, à la demande du professeur, pour appeler le préfet.


6. Délégués des classes
En vue de favoriser cet apprentissage à « vivre ensemble » et à assumer des responsabilités dans le cadre scolaire, les apprenants sont invités en début d’année à élire des délégués qui seront leur porte-parole pour les suggestions ou propositions d’organisation particulières dans leur cycle. Rien n’est plus formateur que de pratiquer les règles démocratiques dans un groupe : écouter « l’autre », se soumettre à une majorité, assumer ses droits et ses devoirs, formuler ses doléances de façon acceptable... Un règlement particulier fixera les conditions d’éligibilité, ainsi que les charges des délégués.


7. Salle des Professeurs
La salle des professeurs étant un lieu de travail et de détente pour les professeurs, les apprenants ne sont pas autorisés à y entrer ou à stationner devant la porte.


8. Affichages
Les affichages au Collège (en classe ou sur la cour) sont interdits pour éviter toutes sortes de débordements (politiques, calomnieux, immoraux...). La règle du respect de « l’autre » est ici de rigueur. Les seuls affichages autorisés sont ceux de la préfecture ou ceux qui reçoivent son approbation. De même l’introduction au Collège de livres, de journaux, de revues, de films vidéo ou de CD indécents est strictement interdite et passible de sanctions graves.


9. Anniversaires
Les anniversaires des apprenants ou des professeurs, étant une affaire privée, ne doivent pas être célébrés au Collège. Il est demandé aux parents et aux apprenants de s’abstenir d’offrir des cadeaux aux membres du corps enseignant du Collège en quelque occasion que ce soit: fête de Noël, du Nouvel An, ou fête des professeurs.


10. Respect des installations scolaires
Chaque apprenant est tenu à respecter le bien d’autrui, qu’il soit d’utilité publique (mobilier scolaire, installation et bâtiments scolaires...) ou privée (objets ou livres appartenant à un camarade). Toute atteinte au mobilier scolaire ou aux installations ou bien encore aux bâtiments est considérée comme un acte de vandalisme et comme un manquement grave au principe de « Apprendre à vivre ensemble ». Cet acte sera dédommagé par le fauteur. Il sera, tout comme le vol, gravement sanctionné jusque par un renvoi.


11. Grèves
Aucune grève ou manifestation ou sit-in ne peut se dérouler au Collège sous aucun prétexte. Comme il est strictement interdit aux apprenants de quitter le Collège pour participer à une grève.

Apprendre à être


L’idéal de l’humanisme est d’arriver à un « être » humain qui soit l’aboutissement de tout l’apprentissage social (cf. « Apprendre à vivre ensemble ») et de tout l’apprentissage culturel (cf. « Apprendre à connaître, apprendre à faire »). Être étudiant dans un collège mariste tel que Champville c’est s’entraîner à des caractéristiques particulières :

  • penser et vivre selon les préceptes évangéliques ;
  • être responsable ;
  • se maintenir propre physiquement ;
  • vivre en groupe avec un esprit de famille mariste :
  • augmenter l’énergie au travail ;
  • être organisé, méthodique et appliqué;
  • être respectueux des personnes et des objets qui nous sont confiés ;
  • approfondir son comportement moral ;
  • acquérir de bonnes manières ;
  • être ponctuel en tout et partout ;

Les mesures qui vont suivre ne sont là que pour rappeler cet « être » que nous voudrions devenir.


1. Attitude au lever du drapeau
L’apprenant doit montrer une attitude exemplaire aux cérémonies du lever du drapeau, du chant de l'hymne national et de l’hymne mariste. Par le garde-à-vous et sa participation au chant de l’hymne, il exprime son amour et son attachement à sa patrie, le Liban, et à son collège, Champville.


2. Ponctualité
Chaque apprenant sera diligent par sa ponctualité. À l’arrivée des cars au Collège, le matin, les apprenants se dirigent sans traîner, vers leurs cycles respectifs. Dès la première sonnerie, ils se mettront en rang et en silence devant leurs classes, arrêtant leurs jeux. Pour leurs déplacements vers des locaux qui ne sont pas leurs classes habituelles (oratoire, CDI, Éducation aux médias, grand terrain, Informatique, Arts plastiques.), ils feront en sorte d’y être dès la première sonnerie. L’entrée en classe sera refusée à tout apprenant arrivant après la rentrée de ses camarades : il sera envoyé chez le préfet qui statuera sur son cas.


3. Conduite en sortie
À l’occasion d’une sortie ou d’un spectacle, les apprenants sont appelés à faire preuve d’une bonne éducation, évitant sifflements et applaudissements intempestifs et déplacés ou d’autres conduites déplorables... Pendant ces déplacements, ils seront obéissants à leurs surveillants, ne commettant aucune excentricité.


4. Fidélité dans la remise de documents
L’apprenant remettra fidèlement à ses parents tout document confié par la préfecture à l’adresse de ses parents : carnet scolaire, bulletin de comportement, montant des frais de la scolarité, différentes circulaires... De même, par esprit de responsabilité, il remettra sans retard par voie de retour, à la préfecture, les documents qui doivent être signés par les parents : carnet scolaire, bulletin de comportement, coupons-réponses...

5. Costume
Les apprenants viennent au Collège avec le costume officiel de Champville. Il est suffisamment diversifié pour toutes les saisons afin qu’un apprenant ne se permette aucune adaptation.

  • Les chaussures doivent être de couleur foncée.
  • La chemise ne doit pas dépasser au-dessus du pantalon, c’est un élément de distinction même pour les jeunes filles.

La tenue de sport officielle du Collège, à partir de la 11e, est obligatoire pour tous les cours d’éducation physique. Tout apprenant sans tenue de sport sera sanctionné. Tous les apprenants – même ceux qui en sont dispensés – doivent avoir la tenue de sport le jour où ils ont cours d’EPS.


6. Tenue - Propreté
Les jeunes gens devront avoir constamment les cheveux coupés courts ainsi que la barbe et les moustaches rasés. Le gel étant interdit, les cheveux des jeunes filles seront soit coupés, soit coiffés en queue de cheval ou retenus par des barrettes ou un serre-tête. Donc pas de cheveux flottants ni de coiffure excentrique. De même, le fard, le vernis à ongles coloré et les bijoux sont à proscrire. Ne sont tolérées que des boucles d’oreilles très discrètes. Le chewing-gum est défendu partout au Collège.


7. Propreté en classe et sur la cour
L’apprenant aura à cœur de tenir son pupitre en état de propreté. Il rangera son matériel scolaire de façon à retrouver facilement ce dont il a besoin pour son travail. De même, il veillera à maintenir la classe et la cour de récréation propres, évitant de laisser traîner des papiers, des bouteilles d’eau ou d’autres objets. Comme il est interdit de laisser traîner livres, cahiers, trousses devant les classes.


8. Sanctions
L’objectif des sanctions a une visée pédagogique. Une sanction vise à marquer une erreur soit de travail soit de conduite ; elle doit concourir à la formation de la conscience.
Les apprenants peuvent encourir de la part de leurs professeurs et surveillants les sanctions progressives suivantes :

  • l’observation orale ;
  • la punition pédagogique (quelques lignes à apprendre ou quelques problèmes sur le chapitre étudié ou le résumé du chapitre en cours d’étude) ;
  • la note de conduite ;
  • l’avis de conduite ;
  • le renvoi à la préfecture.

Le préfet peut, de plus, appliquer d’autres sanctions telles que:

  • la retenue ;
  • l’avis à faire signer par les parents; cet avis sera consigné dans le dossier scolaire de l’apprenant ;
  • la convocation des parents ;
  • l’exclusion temporaire ou définitive après l’accord du Directeur.

Une sanction non accomplie ou mal accomplie entraîne une aggravation de la situation
de l’apprenant, d’où la possibilité de convoquer ses parents.

N.B.

  • A. Le port et l’utilisation des téléphones portables, des baladeurs, des radios, des jeux électroniques, des Ipods, etc., sont strictement interdits dans l’enceinte du collège. Quant aux caméras et aux appareils photos, ils restent interdits sauf autorisation spéciale de la préfecture. De plus, ces objets seront confisqués et ne seront remis qu’au responsable légal, sur sa demande écrite, en fin d’année scolaire, à la remise des bulletins.
  • B. L’introduction par les apprenants, dans l’enceinte du collège, de tout objet dangereux ou de produit illicite (tabac, stupéfiants, produits nocifs, boissons alcoolisées, allumettes, briquets, couteaux, cutters, aérosols colorants, feux d’artifices, etc.) est strictement interdite. L’apprenant qui transgresse ces règles sera sanctionné d’un avertissement de discipline et d’un renvoi temporaire du collège.
    Le «Bulletin de comportement » est un outil pédagogique spécifique conçu par le Collège afin de mesurer le comportement des apprenants et ce, par une observation fine des différentes composantes de leur activité comportementale journalière à l’école, et en convertissant les observations, par la suite, en des données numériques (notes), permettant l’application des différentes formules utilisées en édumétrie.
    De la sorte, les parents pourront se rendre compte de la qualité du comportement des leurs enfants, lequel requiert une valeur aussi importante que le rendement scolaire académique, dans une perspective éducative globale visant une formation humaine intégrale et intégrant le savoir, le savoir-faire et le savoir-être.

 

9. Célébrations de fin d’année
Vers la fin de l’année scolaire, le Collège organise une kermesse ainsi que des manifestations culturelles et des compétitions sportives. Les apprenants sont invités à y participer en y manifestant leur bon esprit, y trouvant un terrain d’application à la formation intégrale de l’année.
La Direction organise pour les apprenants de Terminale une fête de promotion au cour de laquelle leur sera délivré un diplôme de fin d’études. De même une soirée d’adieu les regroupera avant qu’ils ne se quittent.
Mis à part les manifestations mentionnées ci-dessus, tout bizutage en fin d’année, à cause de son caractère décadent et répréhensible, expose les fauteurs aux plus graves sanctions disciplinaires dont l’exclusion l’interdiction de participer à la fête de promotion, la rétention des résultats de fin d’année et du certificat de bonne conduite.
* (le bizutage va de la simple bombe à raser, à d’autres produits tels que farine, œufs, peinture, eau, etc.)


Service des transports

  1. Pour chaque station, il y a un horaire fixe d’arrivée des cars le matin et l’après-midi. Le chauffeur n’étant pas autorisé à attendre l’arrivée d’un retardataire, les apprenants seront présents à la station cinq minutes avant l’arrivée du car. Les parents sont priés de faire accompagner leurs jeunes enfants à la station : la responsabilité du Collège commençant dans le car.
  2. Dans le car, la discipline et un certain savoir-vivre sont de rigueur : rester à sa place, ne pas se pencher ni tendre la main en dehors du car, ne pas adresser la parole aux passants ni leur faire des gestes, ne pas crier ni chanter, ni pratiquer des jeux de mains ni fumer. Toute matériel détérioré sera réparé aux frais de celui qui en est responsable s’il est connu, sinon, par tous les apprenants du car.
  3. Des surveillants sont nommés responsables et rendent compte au préfet du comportement de l’apprenant dans le car. En cas de problème, les parents sont priés de s’adresser au préfet ; ils ne doivent, en aucun cas, monter dans le car pour s’en prendre au chauffeur ou à un apprenant.
  4. L’inscription en autocar ne donne pas droit à l’apprenant de changer d’autocar à son gré.
    Son inscription ne lui donne droit qu’à une seule place et dans un seul autocar. Donc il est inutile pour les apprenants et leurs parents de demander à changer d’autocar, même à titre exceptionnel.
  5. Voitures privées : il est rappelé aux parents transportant leurs enfants qu’un parc de stationnement leur a été aménagé. Il est accessible par la route de Deir Tamish et la bifurcation de l’ACSAUVEL. Ce parc servira de lieu d’arrivée et de départ des enfants venus en voiture privée. Les parents devront accompagner à pied, personnellement et sous leur entière responsabilité leurs enfants en bas âge jusqu’à leur cycle respectif. Par ailleurs, il est strictement interdit -sous peine de sanctions graves- d’introduire une voiture ou une moto personnelle conduite par un apprenant dans l’enceinte du Collège.

Système d’évaluation et de passage de classe

  1. Selon les cycles, l’année scolaire est ponctuée de deux examens . Dans l’intervalle, un ou deux contrôles sont organisés. Examens et contrôles se combinent dans des proportions variées pour donner la résultante figurant sur le carnet de notes adressé aux parents.
  2. En classe, des récitations orales ou écrites sont menées par les professeurs de façon périodique. Les notes qui en résultent, ainsi que les notes d’application aux devoirs et de diligence en classe, se comptabilisent avec les notes des contrôles. C’est pourquoi, il va de l’intérêt des apprenants d’effectuer avec application les devoirs et les préparations ainsi que d’étudier au jour le jour, pour éviter les accumulations et pour assurer une meilleure assimilation.
  3. Pendant le déroulement des examens, les apprenants doivent travailler seuls. Ils ne sont pas autorisés à poser des questions aux surveillants. Ils traiteront la composition dans l’ordre des questions posées selon une progression donnée.
  4. Tout apprenant ayant commencé une composition ne peut alléguer une maladie ou un malaise pour ne pas poursuivre la composition, sauf s’il s’agit d’un cas grave que le préfet appréciera sur le moment. Par contre, si l’apprenant souffrant d’un malaise se présente au préfet juste avant d’entrer en salle d’examen, il appartiendra au préfet d’apprécier le cas et de juger de l’opportunité de lui ajourner l’épreuve.
  5. Tout apprenant saisi en flagrant délit de fraude, (possession de documents non autorisés, copiage, bavardage) sera renvoyé de la salle d’examen par le préfet. De plus, sa note pour l’épreuve concernée sera zéro. Il ne pourra pas recommencer cette épreuve. Ses parents seront convoqués et mis au courant de la fraude.
  6. Après la correction des copies et durant les trois jours fixés par le préfet, les professeurs montrent aux apprenants leurs copies. Si un apprenant découvrait une erreur de notation et qu’il était convaincu de la validité de ses arguments, il pourrait déposer auprès de la préfecture une demande écrite de seconde correction qu’il ferait dans les formes suivantes :
    a- L’apprenant, lui-même (et non le professeur), remplit un formulaire de seconde
    correction, qu’il aura retiré du secrétariat, sur lequel il indique la question à revoir ou l’erreur commise. Ce formulaire est remis à la préfecture par l’apprenant en personne. En aucun cas il n’est admis de demander une seconde correction de toutes les questions de la composition.
    b- L’apprenant doit savoir que sa demande de seconde correction serait passible d’une sanction (qui est celle de lui soustraire un ou plusieurs points) si sa réclamation n’était pas justifiée.
    c- La demande de seconde correction doit se faire dans le délai fixé par la préfecture. Passé ce délai, toute réclamation ne sera pas acceptée.
    Quelques jours après, le préfet communiquera à l’apprenant le résultat de sa requête.
  7. Les critères de passage en classe supérieure font l’objet d’une circulaire adressée aux parents avec la première remise du carnet de notes.
  8. Absences aux examens ou aux jours précédant l’examen
    L’apprenant qui, pour des raisons majeures, se serait absenté à un ou plusieurs jours d’examens, passerait les compositions manquées après les examens.

Dispositions finales

  1. De par son pouvoir discrétionnaire, la Direction du Collège se réserve le droit, en cours d'année scolaire, d'annuler de compléter ou de modifier le règlement intérieur par volonté unilatérale, afin d'assurer le bon fonctionnement de l'établissement.
  2. Le présent règlement intérieur entre en vigueur l'année scolaire 2015 – 2016 à partir du 1er septembre 2015.
 

 

Organigramme du Collège

Équipe de Direction Directeur Général Titulaire Commission des Ressources Humaines
Conseil des Préfets
Commission Pédagogique
Équipes d'animation Services
Comités

Maternelles

Benjamins

Minimes

Petits

Moyens

Grands

Secondaires

Terminales

Arabe

Français

Anglais

Math

Physique

Chimie

SVT

Catéchèse

EPS

Sciences Sociales

Musique

Arts Plastiques

Pastorale

Solidarité

Formation

Orientation

Démarche Qualité

Secrétariat

Économat

Psychologues

Service social

Infirmeries

Transport

Cantine

Sécurité

Entretien

Uniformes

IT

Bureau de sport

Parents

Professeurs

Anciens Élèves

Club Sportif Mariste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Champagnat et les Frères Maristes

 
 
Biographie de Saint Marcellin Champagnat
Fondateur des Frères Maristes
(1789-1840)
 
 
1789, 20 mai   Naissance de Marcellin Joseph Benoît, sixième enfant de la famille Champagnat, au hameau de Rosey, commune de Marlhes (Loire – France).  
1803    À la suite d’un entretien avec un prêtre de passage, Marcellin ressent au fond de lui-même l’appel de Dieu au sacerdoce.  
1805, 1er novembre   Après avoir étudié au moins un an chez son beau-frère instituteur, Marcellin entre au petit séminaire de Verrières, près de Montbrison. Il a seize ans.  
1813   Marcellin Champagnat entre au grand séminaire de Lyon, avec Jean-Claude Colin, Jean-Claude Courveille et saint Jean-Baptiste Marie Vianney (curé d’Ars).  
1816, 22 juillet   Marcellin est ordonné prêtre avec cinquante et un séminaristes, par Mgr Dubourg, évêque de la Nouvelle-Orléans. Le lendemain, douze jeunes prêtres, dont les abbés Champagnat, Colin et Courveille, montent à N.D. de Fourvière : ils se consacrent à Marie et promettent de travailler de toutes leurs forces à l’établissement de la Société de Marie.  
12 août   L’abbé Champagnat est nommé à La Valla (Loire), comme vicaire.  
28 octobre   Près du Bessat, au hameau des Palais, il assiste Jean-Baptiste Montagne (dix-sept ans) sur son lit de mort. Il est très frappé par son ignorance des vérités de la foi.  
1817, 2 janvier   La première communauté de Frères commence avec deux jeunes gens dans une petite maison louée par Marcellin Champagnat. D’autres viendront les rejoindre.  
1818,  6 mai   Gabriel Rivat, dix ans, entre au noviciat. Devenu Frère François, il sera le premier successeur de Marcellin en 1839.  
1823, 15 février   Le « Souvenez-vous » : revenant de visiter l’école de Bourg Argental, Marcellin Champagnat et le Frère Stanislas, pris dans une tempête de neige, se perdent dans le bois. Ils sont sauvés d’une mort probable grâce à un refuge inattendu et à leur confiance en Marie.  
1824, 13 mai   Construction de N.-D. de l’Hermitage, le long du Gier, près de St-Chamond, grâce à un travail acharné des frères et du Père Champagnat.  
1825, 1er mai   La communauté de la Valla s'installe dans la maison de l'Hermitage. Elle comprend alors vingt Frères et dix postulants. À ce moment, vingt-deux frères sont dans les écoles.  
1836, 24 septembre  Marcellin prononce sa consécration religieuse comme Père mariste.  
24 décembre   Départ des premiers missionnaires pour l’Océanie : cinq Pères et trois Frères.  
1839, 12 octobre   Élection de Frère François comme supérieur général des Frères.  
1840, 6 juin   Décès de Marcellin Champagnat à N.-D. de l’Hermitage.  
Il y a alors deux cent quatre-vingts Frères, quarante-huit écoles et environ sept mille élèves.  
1955, 29 mai   Jour de la Pentecôte : le Père Champagnat est proclamé bienheureux par le pape Pie XII, en la basilique Saint-Pierre de Rome.  
1999, 18 avril  

Marcellin Champagnat est canonisé par le pape Jean-Paul II.  

 

 

Le Père Marcellin Champagnat a consacré toutes ses forces, jusqu'à ses 51 ans (20 mai 1789 – 06 juin 1840), à la culture spirituelle, religieuse et pédagogique de ses Frères, et au développement de l’Institut.
Il a été canonisé à Rome, par le pape Jean-Paul II, le 18 avril 1999.
En 1863, le Saint-Siège a approuvé l’Institut et l’a inscrit officiellement sous le nom de « Frères Maristes des Écoles », avec le sigle latin correspondant: FMS ou fms (Fratres Maristae a Scholis).
L’authenticité et la bienveillance par lesquelles les Frères maristes veulent caractériser leurs relations entre eux et à l’égard de tous, s’enracinent dans les trois vertus mariales d’humilité, de simplicité et de modestie. Celles-ci sont symboliquement évoquées par trois petites violettes.


Paroles familières au Père CHAMPAGNAT

" Tout à Jésus par Marie. Tout à Marie pour Jésus. "
" Éduquez vos enfants afin qu’ils soient de bons chrétiens et de vertueux citoyens. "
" Je ne puis voir un enfant sans éprouver le besoin de lui dire combien Dieu l’aime. "
" Tous les diocèses du monde entrent dans nos vues. "
" La Vierge Marie est notre ressource ordinaire, c’est Elle qui a tout fait chez nous. "

 

PRÉSENCE MARISTE AU MOYEN-ORIENT

En fondant son Institut, le Père Marcellin Champagnat lui a donné une portée missionnaire et apostolique. Il disait à ses Frères : « Tous les diocèses du monde entrent dans nos vues. » C’est pourquoi il n’a pas hésité, ainsi que ses successeurs, à répondre aux demandes sollicitées par les différentes congrégations et par plusieurs autorités ecclésiales à travers le monde entier. En effet, à trois reprises et à peu de distance d’intervalle, vont se succéder des Frères, permettant ainsi d’agir en faveur de l’apostolat au Proche-Orient :

  • 1re implantation : de 1868 à 1875, durant l’occupation ottomane.
  • 2de implantation : de 1895 à 1914, sous l’occupation ottomane également.
  • 3e implantation : de 1919 à nos jours

 

Particularités de cette présence
Les Frères Maristes, au Moyen-Orient, ont d’abord travaillé comme membres du corps professoral dans des séminaires et des collèges tenus par des congrégations de prêtres (Jésuites, Lazaristes, Capucins, Carmes, Pères de Sion, Franciscains), ou appartenant à des Patriarcats catholiques de rites orientaux (Maronite, Arménien-Catholique, Grec-Catholique), dans les pays suivants :

  • Au Liban (1868-1875, et depuis 1895).
  • En Égypte (1898), en Turquie (1900), en Irak (1902), en Palestine (1904), et en Syrie (1904).
  • D’autre part, les communautés maristes ont également exercé leur mission éducative dans des établissements loués ou gracieusement prêtés par des particuliers, des organismes officiels, des évêchés et des congrégations religieuses.
  • Parallèlement, quelques maisons et écoles ont été directement fondées par les Frères, devenant ainsi la propriété de l’Institut.


1re implantation

En 1868, cinq Frères d’abord, et trois autres l’année suivante, furent envoyés pour aider les Pères Jésuites au séminaire-collège de Ghazir (Caza du Kesrouan) et à leur collège de Beyrouth.
Mais, au bout de sept ans, une pénurie de sujets, liée en partie aux séquelles de la guerre franco-allemande de 1870-1871, entraîna leur retrait en 1875.
Les circonstances devinrent plus favorables vingt ans plus tard.


2e implantation


En 1895, des Frères furent envoyés au Liban : cinq chez les Pères Lazaristes à Antoura (Caza du Kesrouan), et l’année d’après cinq autres chez les Pères Jésuites à Beyrouth. Chaque année, trois, quatre, ou cinq Frères arrivaient.
En 1898, les Frères prennent en charge une école primaire dans des locaux appartenant à des particuliers, à Jounieh (Caza du Kesrouan), et sont hébergés à Amchit (1898-1900).
En 1900, ils sont chargés des écoles à Amchit (Caza de Jbeil), Achkout (Caza du Kesrouan), et à Baabdath (Caza du Metn).

En 1903, quelques Frères sont sollicités, soit de :

  • collaborer au séminaire patriarcal des Maronites à Kfarhay (Caza de Batroun), et au séminaire Arménien-catholique à Bzommar (Caza de Kesrouan) ;
  • diriger des écoles à Michmich (Caza de Jbeil), et à Baskinta (Caza du Metn) ;
  • inaugurer leur nouveau « Collège du Sacré-Cœur » à Jounieh, alors qu'à Amchit la construction est terminée à temps pour recevoir déjà un groupe de jeunes Frères exilés de France. C’est ainsi que 20 jeunes Frères, 10 novices, 6 postulants, et 7 juvénistes viennent au Liban avec leur maitre de formation. Les jeunes continuent leurs études à Amchit ; d’autres jeunes, des Libanais, se joignent à eux, dans ce qui sera aussi la maison provinciale, sous le nom déjà (avant Harissa), de « Notre-Dame du Liban ».


En 1904, diverses communautés demandent l’aide des Frères :

  •  Les Pères de Sion, en Palestine.
  • La Communauté Arménienne-Catholique, dans leur collège d’Alep, en Syrie.
  • La Communauté Maronite, au séminaire patriarcal de Roumieh (Caza du Kesrouan);
  • Les Pères Jésuites, à Bikfaya (Caza du Metn) et à Saïda (Caza de Saïda), dans leur école primaire. En 1908, ils les chargent du « Collège Saint-Louis », à Saïda ; ce collège leur sera ensuite vendu en 1924.

En outre, les Frères prennent la responsabilité de plusieurs écoles dans différentes régions : à Batroun, à Hadath, à Deir el-Kamar, à Beit Chebab et à Zahlé.
En 1908, les Frères ouvrent leur école « Notre-Dame de Lourdes », à Jbeil.
En 1911, deux Frères de la Province de Syrie vont fonder une école à Betafo, à Madagascar.
En 1914, les Turcs chassent les étrangers et transforment les écoles en casernes. Les Frères syriens et libanais sont obligés de s’exiler en Italie, à Bairo, près de Turin.

3e implantation

En 1920, vingt Frères seulement ont pu revenir d’Europe. Ils choisissent de ne rouvrir que neuf écoles : en Syrie (Alep et Damas) et au Liban (Batroun, Amchit, Jbeil, Jounieh, Deir el-Kamar, Saïda et Zahlé). Des Frères vont arriver de nouveau, et des jeunes Syriens et Libanais entrent dans l’Institut.
En 1939, les Frères au Liban et en Syrie sont au nombre de 90; la Seconde Guerre mondiale les ramène à 40 ; c’est pourquoi les Frères ont dû se retirer définitivement de Batroun (1952) et de Deir el-Kamar (1954), et arrêter leur enseignement dans les collèges secondaires d’Alep et de Damas, nationalisées en 1967.
L’année 1961 a connu le transfert du « Collège Saint-Louis », de Saïda à Rmeyleh, sous le nom de « Notre-Dame de Fatima ». Ce collège a atteint les 2000 élèves comprenant environ 50% de chrétiens et 50% de musulmans.
Et en 1966, le « Collège du Sacré-Cœur » de Jounieh est transféré à Dik el-Mehdi, sous le nom de « Collège Mariste Champville » ou « Ville Champagnat ».
En 1973, des affrontements ont éclaté au Liban et, en 1975, s’est déclenchée une longue guerre, suivie d’une occupation militaire israélienne au Liban-Sud en 1983 et 1984. Mais en mars 1985, et avec le retrait des Israéliens, beaucoup de chrétiens quittent cette région et le Collège de Rmeyleh est occupé par des miliciens qui le transforment en caserne jusqu’en 1994.

Situation actuelle des Frères Maristes au Proche-Orient

Actuellement, les Frères Maristes, malgré leur nombre très réduit, continuent à assurer leur mission spirituelle et éducative auprès de la jeunesse, aidés par des Laïcs engagés.
À Alep (Syrie), une Fraternité de deux Frères assure une présence mariste dans la population chrétienne (catéchèse, mouvements de jeunesse, animation liturgique).
À Jbeil et Amchit (Liban), quatre Frères, aidés par des Laïcs, veillent sur l’éducation spirituelle et humaine, et assurent l’enseignement à quelque 2000 apprenants, de la Maternelle à la Terminale.
À Champville (Dik el-Mehdi, Liban), cinq Frères aussi travaillent avec des Laïcs Maristes soucieux également de prodiguer une bonne formation chrétienne et humaine auprès de la jeunesse libanaise, et veillent à la réalisation du rêve du saint Fondateur : « Former de bons chrétiens et de vertueux citoyens ». Cette formation est assurée à plus de 3 500 apprenants, allant des classes maternelles aux classes terminales.
À Rmeyleh, le collège « Notre-Dame de Fatima » a besoin d’une grande restauration avant de pouvoir rouvrir ses portes pour accueillir une jeunesse assoiffée d’une présence mariste très particulière. Mais, depuis septembre 2015, deux Frères (l’un Mariste, l’autre des Écoles chrétiennes) ont lancé, au nom des deux Instituts, un projet Fratelli, un centre socio-éducatif pour les enfants réfugiés
Finalement, le centre de Faraya, sous le nom de « Foyer Champagnat », se situe à une altitude de 1 280 mètres. Il accueille (été comme hiver) des groupes de jeunes ou d’adultes désireux de recevoir ou d’approfondir leurs formations humaine, chrétienne, culturelle, pédagogique et particulièrement mariste.

Veuillez visiter le site des Frères Maristes
 
 

 

Communauté

 

La communauté des Frères Maristes à Champville fait partie de la Province Mariste Méditerranéenne, qui comprend des écoles, collèges et centres socio-éducatifs à l’Est (Levante) et au Sud (Andalousie) de l’Espagne, en Italie, au Liban-Syrie et dans le District de l’Afrique de l’Ouest : Libéria, Côte d’Ivoire, Ghana, Cameroun et Tchad.
En 2016-2017, cette communauté internationale est composée de cinq membres de quatre continents qui y exercent leur mission spirituelle et leur accompagnement mariste :

  • Le Supérieur religieux, Frère Carlos McEwen (Colombie, Amérique du Sud), est également le représentant, au Liban-Syrie, du Frère Provincial. (Accompagnement des Scouts ; Messes des Mouvements ; Fraternité mariste ; espagnol au Secondaire).
  • Le Supérieur adjoint et administrateur de la communauté, Frère Georges Trad (Liban, Asie/Proche-Orient). (Accompagnement aux Journées spirituelles EB 8 aux Term. ; Groupe d’animation vocationnelle ; Messes des Mouvements ; Fraternité mariste).
  • Le Frère Jean-Claude Robert (France, Europe) est adjoint au Directeur de Champville. (Équipes : Directive, des Préfets, de Pastorale, de Communication, d’Éducation aux médias, du Comité des parents, de l’Amicale des Anciens ; Messes des Mouvements ; Fraternité mariste).
  • Le Frère Augustin Naatey (Ghana, Afrique)(Accompagnement du Mouvement eucharistique des jeunes -MEJ- ; Groupe d’animation vocationnelle ; Messes des Mouvements ; Fraternité mariste).
  • Le Frère Alfred Ngaro (Tchad, Afrique) (Groupe de vie chrétienne -GVX- ; Équipe de Solidarité ; Messes des Mouvements ; Fraternité mariste).

Les Frères Augustin et Alfred préparent aussi un master en Sciences de l’éducation.

 

Hymne du collège

 نشيد شانفيل

                                                                                                     
سلامًـا عليكَ، مـنـارَ العـقـولِ
وكـنـزَ النفـوسِ ورُكـنَ الأدبْ
إلـيكَ انتـسبنا لنَـهْـلِ العُـلُـومِ
فَـنِعْـمَ السبـيلُ و نِـعْـمَ النَسَبْ
**
**
بِـظِـلِّ البتولِ نَشَـأْنا شَبـابًا
وباسمِها نمشـي دُرُوبَ الحيــاةْ
لِنَجْـني ثِمـارًا ونطوي صِـعابًا
بصَقْلِ العُـقولِ وحُبِّ الصَـلاةْ
وَكُـنّا بيَـاضًا فَـصِرْنا كِـتابًا
تُـلَقَّـنُ فـيـهِ دروسُ الأُبـاةْ
وشانفيلُ فينا تسامَتْ شِـهـابًـا
وَقَـاها الإلـهُ صُـروفَ العَطَبْ
**
**
عَلى مَرسُلانَ رَكَـزْنـا اتِّكـالاً
نَـصونُ الوِدادَ بِعَهـْدٍ صَريـحْ
درجْنا صـِغـارًا وصِـرْنا رِجالاً
نَعـيشُ الحيَـاةَ لأجْـلِ المَسيحْ
وأرْزًا نبـتْـنا كَسَوْنـا جِـبالاً
وخُـضْنا بِـحارًا عَلى كُلِّ ريحْ
لِشتّى المَـعـالي ثَبَـتْـنا مَجـالاً
فَـسيحًا جَـديرًا بِكُلِّ الرُتَـبْ
**
**
كلمات : قزحيّا بطيش
ألحان  : ليون كلزي
 
 
       
 Veuillez cliquer pour télécharger:
 
 

Circulaires

Numéro Circulaire
119 Bulletin Matenelles
118 Reglement Cadeaux
117 Visite MTV Moyens
116 Cours Samedi EB9
115 Audition musicale
114 Academie Libanaise des Beaux Arts
113  Sortie theatre CP
112 Fete des Mères
 111 Visite du musée national 6e
110 Greve du 22 fevrier 2017
109 Lancement politique Ant-intimidation
108 Procédure en cas d'urgence médicale
106 Sondage osteoporose
96  بيان رحلة إسبانيا
95 بيان رحلتي اليونان وتايلند
59 Avis au parents
40 Concours de dessin
38 Congé Toussaint
35 Reception des Parents Minimes
31 Reception des Parents Benjamins GS
30 Reception des Parents Benjamins CP
28 Etudes accompagnées 2017
26 Message d'ouverture du Cinquantenaire
23 Messe Cinquantenaire

 

Liens utiles

Institut des Frères Maristes 

Site officiel de la Province Mariste Méditerranéenne

Site officiel des Frères Maristes à Alep

Amicale des Anciens Élèves Mariste - Champville

Réseau des Écoles publiques et privées (Ministère de l'éducation)

Centre de Recherche et de Développement pédagogique

Site officiel du Secrétariat Général des Écoles catholiques au Liban

Ministère de l'éducation nationale. (France)

Ministère de l'éducation nationale - Direction générale de l'enseignement scolaire. (France)

Agence pour l'Enseignement Français à l'Étranger au Proche-Orient

Agence pour l'Enseignement Français à l'Étranger

Educational Research Center